Jodhpur, un coup de cœur au Rajasthan

blog voyage Jodhpur

Pour notre deuxième point de chute au Rajasthan, direction Jodhpur, la ville bleue. Nous avons choisi d’y séjourner 4 nuits.

Mardi 8 novembre – le Fort Merangarh et la vieille ville

La veille, après plus de 6 h de train, nous sommes arrivés en fin de journée à Jodhpur. Nous avons profité de la terrasse de notre Guest House, en plein cœur de la vieille ville, avec un repas succulent (plus on avance, et plus on adore les saveurs indiennes !). Nous avons apprécié dès les premières minutes la gentillesse de nos hôtes, une famille aux petits soins pour ses clients.

Le matin, nous prenons la direction du Fort Merangarh, qui surplombe la ville. Une petite grimpette est nécessaire pour atteindre l’entrée des lieux. Le prix est assez élevé (600 roupies par personne, soit 7 €), mais le palais, construit au 15e siècle, révèle une architecture assez magique ! On y visite les jardins (où évoluent quantité d’écureuils, comme partout au Rajasthan) et le musée, où se succèdent des pièces magnifiques.

Après la visite, nous nous perdons dans la vieille ville. Nous sommes constamment arrêtés par des enfants qui nous demandent notre nom, notre pays. Les Indiens sont en général très curieux de notre présence ici, mais cette curiosité nous a jusqu’ici toujours semblé bienveillante.

Du haut de la terrasse de notre hôtel, nous apercevons les toits des maisons, les enfants qui jouent, des singes et des perroquets en liberté, ainsi que les bruits de la rue et du muezzin qui chante à heure régulière. Nous nous y posons dès que possible pour prendre un verre, travailler, faire des recherches sur la suite du voyage.

Mercredi 9 novembre – Jaswant Thada et le puits à degré

Ce matin, nous partons à l’assaut du Jaswant Thada, à une vingtaine de minutes à pied de notre hôtel. Il s’agit du mausolée de la famille royale de Jodhpur, un palace en marbré entouré de jardins. L’occasion, une fois de plus, d’être pris en photo par des touristes Indiens, toujours curieux de savoir d’où nous venons et ce que nous faisons.

Le puits à degrés, en plein milieu de la vieille ville, est une bonne surprise, avec ses dédales d’escaliers menant vers un large bassin où se rafraîchissent quelques jeunes Indiens.

Après un verre en terrasse et quelques ruelles traversées, retour à l’hôtel. Nous avons pris un rythme assez doux – peut-être aussi parce que les nuits ne sont pas toujours reposantes. Ici, les nuits sont calmes, mais le matelas trop dur !

Jeudi 10 novembre – Mandor Garden

Pour notre dernier jour à Jodhpur, nous visitons le Mandor Garden. Un immense jardin hébergeant plusieurs mausolées. Malgré la saleté omniprésente, la balade est agréable.

Nous prenons quelques minutes pour nous installer sur un banc près d’un lieu d’offrandes et observer les dévots. En sortant du temple, un homme nous offre des sortes de graines blanches. Nous ne savons pas vraiment quoi en faire ! Il nous pose des questions sur notre voyage, nous discutons quelques minutes. On aime ces moments simples, à observer des scènes qu’on ne comprend pas toujours. À la sortie du parc, un musicien nous saute dessus avec son ravan hatta, sorte de violon traditionnel. Mon homme a la chance de pouvoir en jouer !

Retour dans la vieille ville en bus public, nous buvons un verre dans un joli café, faisons un peu de shopping et retirons de l’argent. Une journée tranquille, avant le départ le lendemain en taxi direction Udaipur.

Notre avis sur Jodhpur

Jodhpur est trépidante, sale, bruyante. Mais la vieille ville possède un charme désuet, avec ses murs peints et ses maisons traditionnelles. On y croise des hommes jouant aux cartes, des femmes en pleine discussion, des chiens qui dorment sur des motos… L’ambiance nous a fascinés ! On a surtout aimé notre refuge, la Pushp Guest House, et la gentillesse de nos hôtes, avec qui nous avons eu quelques échanges.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.